« La restauration du papier », formation de l’École des chartes

Du 5 au 7 octobre 2015, l’École nationale des chartes proposait un stage de formation continue intitulé « La restauration du papier ». Ayant eu l’opportunité de le suivre dans le cadre de mon travail à l’IRHT, en voici une présentation.

L’École des chartes organise des stages de quelques jours sur des thèmes variés en rapport avec ses domaines de recherche et d’enseignement (paléographie, estampes, typographie, numérique, etc.). Cette année, le stage de trois jours consacré à la restauration du papier était animé par Clarisse Grosjean et Émilie Diné, restauratrices, Claudio Galleri, responsable du musée Médard de Lunel, et comprenait la visite de l’atelier « À Fleur de Pierre » d’Étienne de Champfleury, imprimeur lithographe.

Programme de la formation :

  • « Savoir identifier le papier », Clarisse Grosjean
  • « Techniques d’impression et techniques du dessin », Claudio Galleri
  • « Les étapes de la restauration », Clarisse Grosjean et Émilie Diné
  • « Les agents de détérioration du papier », Émilie Diné
  • Visite de l’atelier « À Fleur de Pierre » avec Étienne de Champfleury
  • « Présentation des différents traitements de conservation-restauration des documents graphiques », Émilie Diné

Après une première journée consacrée à l’acquisition de connaissances théoriques sur le papier (révision des composants chimiques !) et sur les techniques d’impression et artistiques qu’il est possible de rencontrer sur ce matériau, nous avons eu droit à une deuxième journée portant uniquement sur la restauration. Le dernier jour était réparti entre visite de l’atelier et intervention sur les traitements.

Les différentes communications ont été très intéressantes. Les intervenants ont su proposer des cours de qualité et être pédagogues, s’adaptant ainsi à un public varié (agents de bibliothèques et d’archives, responsables de collection, étudiants) n’ayant pas nécessairement des connaissances dans le domaine. Il y a eu de nombreux échanges entre communicants et auditeurs, ces derniers n’hésitant pas à poser des questions sur des cas rencontrés dans leur travail.

La quantité d’informations accumulée pendant ces trois jours fut particulièrement dense. Les propos théoriques ont été illustrés par des exemples concrets sur lesquels les restauratrices ont été amenées à travailler. Petit moment d’émotion en reconnaissant sur le powerpoint un dessin de Gaston Lagaffe par Franquin, déchiré en plusieurs morceaux, que j’avais pu voir à la vente Christie’s du 14 mars 2015 à Paris et qui a été restauré par une des intervenantes. De nombreux matériaux ont circulé parmi le public, permettant à chacun de se rendre compte de la diversité des produits utilisés et de leurs impacts sur le support.

Deux grands thèmes se dégagent des présentations qui ont été faites : un ensemble de communications sur le papier comme matériau, sa restauration et conservation, un autre sur un aspect plus artistique avec les techniques d’impressions et de gravures. C’est là la limite de cette formation. Il aurait peut-être mieux valu proposer deux stages, chacun sur un des thèmes cités, plutôt qu’un seul les liant car le temps a finalement manqué et il n’a pas été possible d’aborder la dernière partie sur l’analyse des devis de restauration et le dialogue restaurateur-conservateur, sujet pourtant attendu par plusieurs participants pour faciliter leur travail au sein des collections. Les deux grands thèmes, bien que très proches puisque partant du papier, ont finalement des objectif suffisamment distincts pour avoir un stage qui leur soit propre. Cela sera sûrement modifier pour la prochaine édition.

Qu’on soit étudiant ou professionnel (réussissant à payer les frais d’inscription), cette formation de trois jours proposée par l’École des chartes est un moyen de découvrir ou d’approfondir ses connaissances sur le papier. Il ne s’agit pas de devenir expert en restauration papier mais d’avoir suffisamment d’acquis théoriques et pratiques pour être capable de distinguer les diverses causes d’altération de ce matériau, comprendre les enjeux et mettre en place une politique de restauration, ainsi que pouvoir échanger plus facilement, lorsqu’on est responsable d’un fonds, avec d’autres acteurs de la conservation tels les restaurateurs.

Illustration de l’article : dessin de Franquin mis en vente par la Galerie Daniel Maghen, vente Christie’s n° 4013, 14 mars 2015, Paris


Mathilde Dutertre

Doctorante, CESR (Tours)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *